En la présence des représentants du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), du fond des nations unies pour l’alimentation (FAO), du Système des Nations Unies (SNU) hack4Food avait été lancé à Edmond Hôtel le 13 octobre 2017. Cet hackathon était non seulement un concours mais aussi un moyen d’initiation au hackathon pour les jeunes de l’école Américaine de Brazzaville et un master classe d’initiation à la création de site web avec le HTML. Fongwama a eu l’honneur de recevoir la visite des agences internationales tel que l’Union Européenne, des institutions privées Tel que la FAO, la SNU, Exact-IT, des institutions publiques tel que le Ministère des Postes et des Télécommunications et la Ministre de la Petite et Moyenne Entreprise et de l’Artisanat. Une couverture médiatique était assurée par les dépêches de Brazzaville, des blogs et une suite d’interviews avec des médias internationaux tel que Africa News, Africa 24 et autres. 

Lancement de hack4food en présence des représentants des agences des Nations Unies

Pour lutter contre l’insécurité alimentaire, Fongwama et le PAM organisent un hackathon, qui permet aux acteurs économiques de dialoguer avec la communauté des développeurs, de partager et de construire ensemble une solution numérique dont l’objectif à moyen terme est de rapprocher les acheteurs, les producteurs et les transporteurs de denrées alimentaires sur tout le territoire. Ce thème est le résultat d’une collaboration avec bureau d’innovation du PAM réprésenté par Valeriya Zaytseva, Chef de projet à l’Accélérateur d’innovation du Programme alimentaire mondial des Nations Unies.

Cet hackathon intitulé « Hack4Food » porte la mise en place d’une bourse des denrées alimentaires au Congo. Cette rencontre a permis de réunir des profils variés incluant informaticiens, développeurs, graphistes, communicants, en vue de collaborer une solution afin de répondre au défi exposé par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Il s’agit de 48h consécutives d’expérimentations en vue de proposer des prototypes d’objets éditoriaux et inventer de nouvelles façons d’utiliser les outils numériques dans le domaine de la sécurité alimentaire au Congo.

Parmi les réussites du PAM, il ressort, entre autres, que dans son investissement aux technologies figure en bonne place la plateforme « Maano on ligne » en Zambie favorisant l’achat et la vente des produits alimentaires à partir du téléphone portable. Cette application permet de commercialiser les produits agricoles ou encore de développer le « Blockchain » dont l’usage sécurise les transferts monétaires au Moyen orient. Ces deux exemples vont éventuellement permettre au PAM d’atteindre le défi faim zéro.

A l’issue des 48h, un jury constitué de 5 personnes de profils différents ont évalués  les projets et nommé les 3 premiers.
Le jury etait composé de Nelson Cishugi, Parfait Goma, Jean Martin Bauer, Solange Ongoly, Don Neexo.

Jury de Hack4Food

Un certains nombres de fonctionnalités ont été définies

  • Profils : Permettre la gestion des profils des fermiers, des acheteurs et des transporteurs décrivant les services requis / fournis;
  • Système de notation des transactions réalisées et des profils : Permettre un système d’évaluation afin d’établir plus de confiance entre les fermiers, les vendeurs et les transporteurs;
  • Transport optimisé : Construire un algorithme pour que l’ensemble des demandes de transport puisse être identifiée afin d’optimiser la route/les délais en collectant les produits de plusieurs fermiers sur le chemin du marché;
  • Système d’appel d’offres : Les transporteurs peuvent soumissionner pour l’itinéraire, les fermiers et les vendeurs peuvent choisir le transporteur le moins cher ou celui avec le plus haut niveau d’évaluation;
  • Localisation GPS : Permettre aux fermiers et aux vendeurs de suivre l’acheminement de leurs produits par le transporteur;
  • Algorithme de conseil aux fermiers : Avoir un algorithme permettant de conseiller les fermiers et vendeurs sur les dates limites de planification du transport de leur production en fonction de la fragilité des produits (ex: tomates) et les délais de péremption (ex: fruits) ainsi que les places de marché atteignable dans ces conditions.
  • Avis aux fermiers et vendeurs : mises à jour en ligne pour les agriculteurs sur l’heure de ramassage / dépôt et les progrès sur la route;
  • Carte principale avec les points d’intérêt : Carte donnant des informations sur les marchés les plus proches, les stockages, les entrepôts disponibles (ex: frigo) sur le chemin des marchés.
  • Contrôle d’accessibilité : Vérifier si la ferme peut être accessible facilement par la route (s’il y a une route).

Le projet gagnant : LonaTek

« Il y a des agriculteurs qui après récolte ne savent pas comment acheminer les produits vers les centres qui ont en besoin. De l’autre côté, nous avons des acheteurs qui recherchent des produits agricoles. Mais au-delà de cette fonction, Lonatek sera capable de soutenir la lutte contre la faim, en facilitant les dons et actions vers des cibles », explique Karl Obissi. Cette équipe constitué de Karl Obissi, développeur Java et de Robin KAPKA, UX designer.

Le 2eme lauréat

L'équipe Nkelo

L’accès internet et le volume de data disponible étant restreint pour la majorité des populations, l’application Nkelo une application fonctionnant en « offline » permettant à chaque utilisateur, une fois l’application téléchargée, de bénéficier du contenu proposé sans avoir un accès à internet. Ce projet à été développé par Alyson Mfoundou, Michel Madzou, Ross Safoula et Justice Kassa.

Le 3eme lauréat

3eme lauréat

Ce projet a mis un accent sur le Big Data. Les utilisateurs recevront les informations suivant les choix faits à l’inscription et au cours d’utilisation. Cette équipe composée de Yannick Biavanga, Saint-Eude Bissala, Jeffrey Mikamona, Ngouari prosper.

Visites des ministres pendant Hack4Food

Visite du Ministre Adélaide mougany Visite du Ministre Léon Juste Imbobo

 

 

 

 

Le représentant du PAM au Congo, Jean-Martin Bauer, estime que l’innovation, la technologie et la science peuvent être un levier pour améliorer la sécurité alimentaire dans le pays et réduire la pauvreté. Bénéficiaire de cet hackathon, le PAM, souligne-t-il, s’associera à d’autres agences du système des Nations unies pour « faire l’incubation des projets primés afin qu’ils puissent être développés, testés sur le terrain et un jour mis à la disposition du public pour utilisation ».